Le premier geste d’un paysan qui souhaite utiliser une nouvelle terre consiste à en retirer les pierres. Ces roches disponibles, rejetées en lisière des champs, sont utilisées pour l’édification d’ouvrages de pierres sèches. Cette architecture est aussi ancienne que la culture et l’élevage. Les  mêmes techniques de construction se perpétuent sur toute la surface du globe mais les usages diffèrent selon le contexte. 

En  France, la pierre sèche connaît son âge d’or au  XIX° siècle, accompagnant l’Homme dans sa conquête des espaces pour les transformer en terres agricoles. Les paysages qui sont les nôtres aujourd’hui constituent un témoignage des activités passées. Terrasses, cabanes, abris, canaux, bergeries et autres murs sont autant de témoins d’une architecture populaire au génie anonyme .

Pour  répondre aux différents besoins que leur imposaient leurs activités agricoles, les paysans catalans ont édifié une grande diversité d’ouvrages en pierres sèches. Le Parc naturel régional possède un échantillon remarquable de ces constructions qui ont traversé les âges.

Définition de la pierre sèche :

Véritables puzzles de pierres, les ouvrages de pierres sèches ne contiennent pas de mortier, seule la roche brute est utilisée par les constructeurs, piochant dans leur environnement immédiat de quoi répondre à leur organisation agricole.

Share this post : Facebook Twitter Google+