Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

La Charte

Connaissance et protection des patrimoines, développement économique durable par la valorisation de ces patrimoines, des politiques d’accueil et d’invitation à la découverte cohérentes et des coopérations étroites à tous les niveaux, voici les axes de la Charte du Parc naturel régional des Pyrénées catalanes.

La Charte du Parc naturel régional des Pyrénées catalanes présente le projet de développement durable du territoire porté par le syndicat mixte de gestion du Parc. Ce document, qui ne crée pas de nouvelle obligation, définit un programme d’action commun aux 64 communes du Capcir, de Cerdagne et du Conflent, au Conseil général des Pyrénées-Orientales, à la Région Languedoc-Roussillon et aux chambres consulaires qui l’ont signé. Il se décline en quatre axes :

  1. Un espace patrimonial riche et diversifié : le Parc protège les patrimoines des Pyrénées catalanes : sa faune, sa flore, mais aussi ses paysages (bâtis, agricoles…) et son patrimoine culturel. Cela passe par l’acquisition de connaissances et la mise en place d’outils de gestion.
  2. Un espace rural montagnard vivant : le Parc favorise le développement du territoire en valorisant les ressources et les initiatives locales, en améliorant le cadre de vie, mais aussi en accompagnant les évolutions économiques, ce qui peut se traduire par le soutien à la diversification des activités ou l’aide à l’implantation d’entreprises par exemple.
  3. Un espace de découverte et d’accueil : terre d’accueil, les Pyrénées catalanes doivent affirmer leur cohérence et leur spécificité sur le plan touristique. Cela passe l’amélioration de l’accueil, par de la promotion, mais aussi par une meilleure lisibilité de l’offre et la sensibilisation aux patrimoines du Parc.
  4. Un espace de coopération et de cohérence : la mise en œuvre de la Charte suppose l’adhésion et l’engagement des acteurs locaux au sein de coopérations fortes et durables à l’échelle du Parc, avec la participation de la population et une ouverture internationale au sein de projets transfrontaliers.
  5. Le Charte du Parc se traduit également par un « plan de référence », qui cartographie les objectifs fixés

Validée par l’Etat en 2004 (après enquête publique), elle court jusqu’en 2014. Un bilan sera alors tiré et un nouveau projet soumis à approbation des collectivités et de l’Etat.