Strictement endémique des Pyrénées, le Calotriton des Pyrénées présent sur l’ensemble de la chaine Pyrénéenne, occupe les ruisseaux et les petits lacs aux eaux fraiches et oxygénées. Même s’il exploite un gradient altitudinal entre 110 mètres et 2 340 mètres d’altitude, sa répartition est très morcelée. Cette espèce très fragile pour de multiples raisons (endémisme, isolement des populations, activités humaines diverses, fragilité sensibilité des habitats face aux changements climatiques), est protégée.

  • Nom commun: Calotriton des Pyrénées
  • Nom latin: Calotriton asper (Al. Dugès, 1852)
  • Famille: Salamandridae
  • Période de reproduction : février à octobre

Statut réglementaire : intégralement protégé (Arrêté du 8 janvier 2021 fixant la liste des amphibiens et des reptiles représentés sur le territoire métropolitain protégés sur l’ensemble du territoire national et les modalités de leur protection), inscrit sur la Liste Rouge des espèces menacées en France, catégorie “Vulnérable”.

La population est stable depuis le début de suivi.
A priori, les variations d’effectifs annuelles sont plutôt imputables à des conditions de visibilité dégradées lors de certains passages, qu’à des bouleversements dans la population.

Sur la Réserve naturelle nationale de Nohèdes

Le Calotriton des Pyrénées est suivi par la Réserve naturelle nationale de Nohèdes depuis 2011. L’autre nuit, c’était le premier passage du protocole Pop-amphibien. C’est un protocole national qui a pour objectif de suivre les amphibiens sur le long terme. Il y a trois passages au total (classiquement mi-avril, mi-mai et mi-juin).
C’est un suivi sur une station connue pour abriter l’espèce, découpée en plusieurs tronçons. On note les stades phénologiques et on relève des mesures physico-chimiques telles que la température de l’eau, le pH ou encore la conductivité.
Nous avons pu observer 9 individus l’autre soir ce qui est très bien pour le premier passage du protocole, pour une station comme celle de Nohèdes.
A suivre !

 

photos © Maria Martin, Alain Mangeot, FRNC

Partager cet article : Facebook Twitter Google+